Ces Mannequins Noirs qui Ont Bousculé les Canons de la Beauté

iman article

En 2013, dans une lettre ouverte, Bethann Hardison, ancienne directrice d’une agence de mannequins et égérie des années 1970, dénonce le racisme latent de l’industrie de la mode. Fondatrice de la Diversity Coalition, elle se bat pour mettre fin à la sous-représentation de modèles issus de la diversité sur les podiums. Si Beyoncé,  Rihanna, Lupita Nyong’o sont sans conteste, des icônes mode, à très grande couverture médiatique et font bouger les lignes, elles n’en restent pas moins l’arbre qui cache la forêt.

Avant elles, d’autres femmes ont ouvert la voie et régné sur la mode par leur beauté. Model ou Supermodel, elles ont apporté au monde une nouvelle vision de la mode et permis à des millions de femmes de se sentir exister. Lumière sur ces mannequins noirs qui ont marqué ces cinquante dernières années.

1 Naomi Sims
La pionnière : Naomi SIMS

« Naomi était la première. » Halston, créateur de mode,  New York Times 1974

Le 27 août 1967, elle entre dans l’histoire de la mode comme la première femme afro-américaine en couverture de Fashions of The Times, le supplément mode du quotidien The New York Times. Les années suivantes, elle fait les couvertures de nombreux magazines prestigieux et à large diffusion telles que le Ladies’ Home Journal, Life ou Cosmopolitan. Elle devient la première “topmodel” noire. Elle ouvre la voie.

« Grâce à ses initiatives personnelles en tant que pionnière, elle a réussi à assurer la place de la femme noire dans le mannequinat. Sans elle, la carrière d’autres n’auraient pu être possible.  »

Après sa carrière de modèle, elle se reconvertit en business woman et publie plusieurs livres sur la beauté et mannequinat, dont All About Health and Beauty for the Black Woman (Tout sur la santé et la beauté des femmes noires ).

Iman : « La femme de mes rêves, c’est Iman » – Yves Saint Laurent –

2 Iman BowieIman Mahammed Abdulmajid nait en 1955 à Mogadiscio en Somalie. C’est sur son  campus universitaire au Kenya que lephotographe Peter Beard Iman arrive à New York en 1975. Elle pose en 1976 pour Vogue et les grands créateurs : Gianni Versace, Calvin Klein, Issey Miyake, Donna Karan se l’arrachent pour les défilés mais c’est surtout Yves Saint Laurent qu’elle subjugue. Muse de Saint Laurent, elle est au cœur de l’YSL’s African Queen collection en 1985.

Loin des podiums, elle lance Iman Cosmetics, ligne de produits de beauté réservées aux femmes à la peau noire et métissée. Son chiffre d’affaires atteint plus de 20 millions d’euros en 2010.

Naomi Campbell : Le Supermodel « plus célèbre que les vêtements qu’elle porte. »


3b naomi campbellSon histoire débute à la fin des années 80, lorsqu’elle est repérée dans la rue. Bientôt elle forme avec Linda Evangelista, Christy Turlington le groupe des
supermodels avant d’être rejointes par Cindy Crawford et Claudia Schiffer. Bien plus que des mannequins, elles deviennent elles-mêmes des marques. Ce groupe de mannequins règne sur les années 90 : leur image est partout, au-delà même de la mode. Pierre angulaire du phénomène, elle a aussi un tempérament tempétueux et une image sulfureuse.

« Je n’aime pas être toujours toute seule sur les podiums »

Petite fille spirituelle de Mandela, celui-ci lui expliquera qu’elle doit utiliser sa notoriété « pour parler haut et fort de certaines choses ».

Souvent seule sur les défilés parmi des mannequins blancs, elle dénonce la discrimination que subissent les mannequins « de couleur » et qui s’accentue. « Quand j’ai commencé ma carrière, il y avait davantage de mannequins de couleur sur les podiums qu’aujourd’hui »,  celle qui est apparue sur plus de 500 couvertures de magazine estime que la mode doit aussi incarner à la diversité de la société.

Alek Wek : Une fleur a commencé à grandir en moi quand j’ai vu Alek (Wek), elle était mon reflet et je ne pouvais pas le nier, cela m’a donné la force, je me sentais aimée par les lointains gardiens de la beauté.

4 Alek Wek
Alek Wek

Elle commence sa carrière en 1997, lorsqu’elle apparait en robe de mariée, final du défilé de Vivienne Westwood puis à New York où elle enchaîne les contrats et séances photos.

Elle défile pour de nombreux créateurs dont John Galliano et  Christian Lacroix.

Sa sublime peau ébène tranche avec les mannequins d’alors et agrandit encore l’éventail de la diversité dans le milieu de la mode.

Au-delà du mannequinat, elle mène une carrière humanitaire importante, notamment dans la lutte contre le SIDA tout en étant ambassadrice pour Médecins sans frontières au Soudan, son pays natal.

Noémie Lenoir, Sonia Rolland – La touche française

Noémie-LenoirNoémie Lenoir est découverte dans un bureau de poste de Gif sur Yvette (91) où elle achète un timbre. Emmenée à New York, le succès arrive très : elle est en couverture des magazines Elle, Vogue Marie Claire et Sports Illustrated.

Elle apparaît également dans les campagnes publicitaires de Ralph Lauren, Gap, Victoria’s Secret, Marc & Spencer, L’Oréal et Gucci. Noémie Lenoir est également actrice, on la retrouve dans plusieurs films.

Pas tout à fait mannequin de métier, Sonia Rolland est élue Miss France en 2000. Depuis, en plus du mannequinat, elle est actrice et réalisatrice. Elle signe en 2014,  le documentaire Rwanda, du chaos au miracle dans lequel, elle revient sur la reconstruction du Rwanda et son développement 20 ans après la guerre civile qui a conduit le génocide tutsi.

5 Sonia Rolland

La liste est sommaire nous aurions pu citer Tyra Banks, Katoucha, Bethann Hardison, Liya Kebédé…

Les nouveaux visages de la diversité dans la mode (De gauche à droite : Joan Smalls, Chanel Iman, Jourdan Dunn, Binx Walton et Adriana Lima)

Après des années sans représentation, une nouvelle génération de mannequins noirs assure la relève. Derrière, les icônes Rihanna, Beyoncé ou Nyong’o, on retrouve des mannequins de métier telles que Jourdan Dunn, Chanel Iman, Binx Walton ou Joan Small ou la brésilienne Adriana Lima.  Si la diversité semble faire des progrès chez les créateurs, le chemin à mener est encore long…

 

Maya
A propos Maya 71 Articles
Professeur de Lettres & Histoire, et Responsable de Publication chez Ôbelle Magazine, je suis femme d’abord, mère ensuite, ou l'inverse. Mon idéal : voyager et lire, flâner et écrire. Ma devise : Visiter les beautés du monde avant de s’occuper de l’être humain… Ma quête : l’acceptation de l’autre à travers la connaissance de soi: "Apprenez à vous connaître sans vous renier et vous vous élèverez." Me contacter : maya@obelle.fr

Laissez un commentaire !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*