Enfants, Comment les Faire Réussir ?

Vous avez fait des merveilles. Parfaits, vos enfants le sont. Au judo? Vous les imaginez en Teddy Riner. Un exposé ? Vous leur imaginez le charisme d’Obama lorsqu’il soulève les foules. Un dessin, vous voyez le talent de Picasso. Etes-vous fous? Souffrez-vous d’une distorsion de la réalité ? Nooooon, rassurez-vous, vous êtes juste parents.

Vous rêvez de voir exceller vos enfants, vous les imaginez réussir où vous avez échoué, vous les imaginez accomplir de grandes choses. Dans la réalité, vos enfants ne sont pas parfaits, ils peuvent rencontrer des difficultés et avoir peur. Votre rôle, les aider à passer outre et à se surpasser, à devenir la meilleure version d’eux-mêmes. Comment ? Voici quelques pistes.

 

1. Rendez-les curieux

Dès leur enfance, apprenez-leur à regarder autour d’eux et à se poser des questions. Des études en parlent, entre 3 et 6 ans, les capacités intellectuelles sont de très haut niveau. Il faut alors en profiter pour les développer. Cette période charnière correspond aussi en France pour la majorité des enfants à la maternelle, où l’on apprend à vivre ensemble, à partager et l’on découvre de nouvelles choses. Cette période, souvent sous-estimée, est extrêmement importante et formatrice. En effet, la maternelle peut déterminer l’avenir de vos enfants. Dès 3 ans, ces derniers sont avides de découvertes, c’est le moment d’en profiter… A l’adolescence, ils seront moins partants ou voudront le faire sans vous…  Aller en forêt, au zoo (pour la découverte,non pas pour les animaux en cage), au théâtre comme le Funambule à Paris adapté au jeune public, faire des promenades à poney, lire une histoire dans un parc, visiter un château où Louis XIV devient un chevalier servant et Marie-Antoinette, une princesse courageuse, se balader, faire du vélo, voir un clown, au musée voir des oeuvres qui ne leur parlent pas ou d’une autre façon – faire les courses …

Vous ne vous en sentez pas capable ? Toutes ces activités anodines ou hors du commun vous aideront à les rendre curieux, pertinents à développer leur propre imaginaire. Avancez pas à pas, une activité par mois peut être un bon début. Vous avez peur du budget ? Consommez malin, scrutez les sites à vente à prix réduit, ou le site Sortir à Paris (pour les parisiens) qui propose des sorties gratuites et vous donne des idées, pour les musées, ils sont souvent gratuits pour les mineurs. Vous n’avez pas les compétences, le web est à portée de main, documentez-vous et brillez ! Mieux, faites-les chercher s’ils sont assez grands, ou rebondissez sur une activité qu’ils ont vus en classe : ils ont vu la Joconde, emmenez-les voir la version originale au Louvre… En préparant la sortie, ils seront plus impliqués et vivront pleinement l’expérience. N’hésitez plus, lancez-vous, partez à la découverte et réveillez l’enfant qui est en vous.

miro
Hirondelle de Joan Miró

Peinte en 1937 et exposé au musée Reina Sofia  de Madrid.

« Parole d’enfant »

Que vois-tu sur cette peinture ?

« Une chaussette de toutes les couleurs et une araignée » 

Développer l’imaginaire est un moyen de les épanouir et de leur faire prendre confiance. Ils deviennent curieux et créent un scénario dans toutes les situations.

 

 

 

2. Confrontez-les à d’autres cultures

« Emmener mes enfants ailleurs qu’à la mer ? Pas d’utilité, les vacances c’est seulement pour se baigner et s’amuser au club et au camping… En plus, quand ils sont jeunes, ils n’en gardent pas de souvenirs… » Les vacances, c’est simple, direction le sud de la France, ses côtes méditerranéenne et atlantique.

Et si on vous disait que vous pouviez traverser les frontières et voir d’autres pays pour le même prix que feriez-vous ? S’ouvrir sur le monde et ouvrir nos enfants sur le monde est devenu dans cette ère mondialisée, une nécessité ! Nos enfants, digital natives – comprenez nés à l’ère numérique –  évoluent dans un monde complexe, où les frontières et la distance sont de plus en plus gommées, où parler une langue étrangère est de plus en plus indispensable. A travers, un téléphone et le web, nous pouvons être connectés à n’importe quel endroit du monde sans bouger. Le Web a accéléré les échanges, et toutes les universités du monde ressemblent à des tours de Babel, les étudiants arrivant de villes qui nous sont parfois inconnues ! Les confronter à l’autre, c’est leur apprendre à construire leur identité et à ouvrir leur esprit.

Alors un week-end à Bruges, un été à Copenhague, une semaine à Marrakesh ou un road-trip (voyage à étapes, souvent en voiture) à travers l’Andalousie, aide à construire son avenir, sa personnalité et développer ses rêves. Réussir sa vie, c’est aussi être épanoui et vivre en harmonie avec les Autres, non pas en les rejetant. Pour cela, associez vos enfants à vos voyages. Petits, certes ils ne se souviendront pas des détails, mais ces expériences vécues marqueront leur âme et leur inconscient pour la vie. Les nouvelles sonorités entendues, les goûts découverts, les façons de vivre déroutantes, les sourires, les paysages, auront tout de même fait leur effet, vous vous en rendrez compte juste plus tard.

« Paroles d’enfant »

moulin-rouge-paris-photo_1104146-fit468x296

– Oh il y a un moulin à vent, on fait de la farine, ici ?

– Non, pas vraiment, on s’y amuse.

– Bah, c’est pas comme aux Pays-Bas alors… (3 mois après le voyage)

Les moulins de Kinderdijk, Pays-Bas

aff15_gd

 

« Oh, les dames parlent espagnol, elles viennent de Málaga »

Réminiscences d’un voyage en Andalousie, été 2015

 

 

Peur de voyager avec des enfants ? Commencez par les pays frontaliers, il faut 2h30 depuis Paris pour se rendre à Bruges en voiture, 4h30 pour rejoindre La Haye (Pays-Bas), depuis Lyon, 4h suffit pour rejoindre l’Italie ou la Suisse. Choisissez des stations balnéaires où vous pourrez vous baigner, et profitez de la culture de votre pays hôte. Voyagez malin, organisez-vous entre 3 et 6 mois avant votre départ, vous bénéficierez de prix plus abordables, préparez-vous un programme grossier pour ne pas être démunis sur place et renseignez-vous sur les us et coutumes de votre destination (transport, parking, heure des repas,…) cela vous évitera quelques déconvenues.

Vous n’avez pas les moyens de les faire voyager? Dépaysez-les, emmenez-les à la campagne, de l’autre côté du périphérique si vous habitez en banlieue, dans d’autres villes de France, de l’essence, un GPS et le tour est joué. L’essentiel n’est pas la destination mais l’objectif : celui de sortir de sa routine, d’observer d’autres mode de vie et enrichir notre propre vie.

3. Mettez les écrans à contribution

Tous les écrans de nos vies...
Tous les écrans de nos vies…

On vous le dit souvent : « les écrans, ce n’est pas bon pour les enfants ». Cependant, rappelez-vous, vos enfants sont des digital natives. Les nouvelles technologies, ils maîtrisent et c’est à vous de les suivre. Ces écrans, faites-en vos alliés. Il est impossible de les interdire tout à fait. Après tout, nous avons tous un smartphone. L’éveil et la réussite passent aussi par une utilisation efficiente des appareils technologiques et une bonne culture générale. Faites-les découvrir vos classiques, les dessins animés qui vous ont plus, les films que vous avez adorés. Faites-les regarder des séries enrichissantes, des documentaires qui pourraient les intéresser. Une fois terminés, demandez-leur, leur avis, ce qu’il en ont pensé. Cela développera leur esprit critique et à ce jeu, toutes les réponses sont de bonnes réponses, pertinentes ou pas. Apprendre à parler d’un sujet est un gage de réussite : cela veut dire savoir analyser et avoir confiance en sa pensée.

4. Soyez leur allié à l’école

Vos enfants sont scolarisés, vous devez être capables de savoir ce qu’ils font. Comment faire : lisez le programme scolaire.  Rassurez-vous n’avez pas à les connaître sur le bout des doigts. Pensez simplement à les lire à la rentrée, vous aurez une vue d’ensemble sur ce qu’il fera pendant toute l’année. Où les trouver ? C’est simple : rendez-vous sur Eduscol, le site de l’éducation nationale dédié à l’apprentissage. Vous devez également connaitre et échanger avec leurs enseignants. Soyons clairs, ils les voient plus que vous ! Travailler avec eux vous permettra d’être efficace pour faire réussir votre enfant.

reading-1090736_640

En cas d’échec, apprenez à dédramatiser, il ne faut leur mettre la pression, l’école ne définira jamais l’intelligence de votre enfant, être bon élève ne signifie qu’une chose : votre enfant a acquis des compétences scolaires… pas d’intelligence ni de dons particuliers. Chaque enfant apprend et évolue selon son propre rythme, l’école a tendance à l’oublier. Certaines compétences ne seront acquises qu’au bout de plusieurs années de pratique alors que d’autres se font instantanément. Votre rôle est celui du maçon et de l’entraineur, vous aidez à faire tenir la construction du savoir et pallier les difficultés. Vous ne vous en sentez pas capables ? Cours particuliers, sites internet comme celui de la très bonne Khan Academy pour les mathématiques vous aident à pallier vos propres lacunes. Il y a toujours une solution. Enfin, entraineur : vous êtes le coach mental de vos enfants, apprenez-leur la gagne, la victoire et l’effort. Ils doivent aimer être parmi les meilleurs et aimer travailler.

 

5. Parlez, écoutez, expliquez

La perception des enfants est souvent naïve et surtout dépourvue de préjugés. Cela les rend très pertinents. Ce sont nos clichés, ceux de la société qui troublent cet esprit. Nombre d’enfants s’interdisent telle et telle choses par peur des moqueries, par peur du jugement. Combien de filles pensent que le sport est réservé aux garçons et de garçons que la cuisine est un truc de fille ? Laissez libre cours à leurs envies, elles sont parfois juste une curiosité et parfois une véritable passion, mais toujours seulement une facette d’une personnalité multiple. Déconstruire les préjugés, c’est aider les enfants à s’épanouir.

Enfin, prenez le temps d’échanger avec vos enfants, développer leur goût pour les belles phrases, corriger leurs fautes de syntaxe en leur expliquant et autant de fois qu’il le faut même si cela vous agace et les agace, ils vont remercieront plus tard. Parlez de tout, de rien, de futilités mais parlez. Intéressez-vous à leurs dires même en les écoutant d’une oreille distraite. Prenez le temps de leur lire des histoires et inventez-en ensemble. Le temps passé à échanger est bénéfique, il apprend à construire sa pensée et améliorer son « parler ».  Chaque minute investie aura de jolies conséquences pour la suite.

S’il n’y a pas de recette magique, ces quelques pistes vous mettront sur la piste pour accompagner la réussite de vos enfants. En définitive, il n’y a pas de recette miracle, vos enfants et vous-mêmes êtes uniques. Soyez donc vous-mêmes, aidez-les à grandir et s’épanouir et investissez du temps.

Pour aller plus loin :

 

Maya
A propos Maya 60 Articles
Professeur de Lettres & Histoire, et Responsable de Publication chez Ôbelle Magazine, je suis femme d’abord, mère ensuite, ou l'inverse. Mon idéal : voyager et lire, flâner et écrire. Ma devise : Visiter les beautés du monde avant de s’occuper de l’être humain… Ma quête : l’acceptation de l’autre à travers la connaissance de soi: "Apprenez à vous connaître sans vous renier et vous vous élèverez." Me contacter : maya@obelle.fr

Laissez un commentaire !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*