Jeunes et Militantes : le Féminisme Réfléchi

jeunes et militantes

le cid

Qui sont ces jeunes filles qui reprennent le combat pour l’égalité ?

Elles sont jeunes, à peine majeures, encore à l’école ou à peine sorties. Pourtant, elles ont marqué ces dernières années de leur engagement en faveur d’une cause, d’une lutte parfois au péril de leur vie. Elles s’appellent Amandla Sterberg, Malala Yousafzai, Rowan Blanchard ou Emma Watson, elles utilisent les réseaux sociaux pour relayer leurs messages et leurs actions augurent la naissance d’une nouvelle génération d’activistes. Voici quelques portraits à suivre, ceux des militantes de l’avenir…

  1. Malala Yousafzai : La combattante aux livres

« Un enfant, un professeur, un livre, un stylo peuvent changer le monde. »

– Malala Yousafzai  –

jeunes & mil 2Malala est une jeune militante Pakistanaise que le monde découvre à travers son blog Journal d’une écolière pakistanaise où elle témoigne des exactions commises par les Talibans dans sa région natale notamment contre les filles dont ils incendient et détruisent les écoles. La grande audience de son blog fait d’elle, un symbole de la lutte pour l’éducation des filles. Le 9 octobre 2012, Malala est victime d’un attentat perpétré par des talibans à la sortie de son école. Très grièvement blessée au cou et à la tête, elle s’en sort et s’exile avec sa famille au Royaume-Uni où elle poursuit des études brillantes. Survivante et toujours combattante, elle est récompensée pour son action par plusieurs prix dont Prix Sakharov en 2013 et le Prix Nobel de Paix en 2014.

  1. Amandla Sterberg, La jeune pousse militante

« Quand tu t’appropries les traits et la culture des Noirs et que tu es incapable d’utiliser ta position pour aider les Noirs américains sauf en dirigeant ton attention sur ta collection de perruques/tissages au lieu d’aider en dénonçant le brutalité de la police et le racisme. #LesFillesBlanchesLeFontMieux. »‬‬

Amandla Sterberg à Kylie Jenner, 11 juillet 2015, Instagram

Amandla Sterberg 2

Amandla Sterberg,Amandla Sterberg est une jeune actrice américaine née en 1998. Connue pour son rôle de Rue, la jeune représentante du District 11 de 12 ans dans Hunger Games, son choix par la production du film pour le rôle avait créé une polémique aux relents racistes chez les fans de la saga littéraire. Au-delà du cinéma, c’est sur les réseaux sociaux qu’elle fait entendre sa voix. Afro-féministe, elle lutte contre l’image de la Angry Black Girl  (comprenez femme noire fâchée). Défenderesse des Noirs américains en ces temps troubles, elle appelle à l’égalité et la sécurité aux Etats-Unis et porte également haut le slogan #BlackLivesMatter dont elle soutient le mouvement. Ainsi, lorsque Kylie Jenner se présente sur les réseaux sociaux, affublée d’une coiffure de type africaine, c’est sans ménagement qu’elle l’attaque en pointant son appropriation culturelle mal venue.

  1. Emma Watson, l’actrice ambassadrice

« Je me rends compte que plus je parle de féminisme, plus je réalise que se battre pour les droits des femmes est synonyme de la haine des hommes.[…] Cela doit s’arrêter. Pour rappel, le féminisme, c’est dire que les hommes et les femmes doivent avoir droit aux mêmes opportunités. »

Emma Watson

Hermione Granger dans Harry Potter, Emma Watson a bien grandi… Après avoir repris ses études, à l’université de Brown, elle en sort diplômée en littérature anglaise en 2014. Engagée pour les droits des femmes, elle est nommée ambassadrice de bonne volonté par l’ONU Femmes en 2014. Elle participe d’ailleurs activement à la campagne HeForShe et prononce un discours poignant lors de l’assemblée. Sa nomination soulève des questions, certains ne la trouvant pas assez légitime : trop jeune ou trop riche.  Pourtant, elle veut apparaître comme membre d’une  nouvelle génération féministe, rejetant l’étiquette de « féministe blanche » qui lui colle à la peau.

  1. Rowan Blanchard, 14 ans et réfléchie

A l’instar de Amandla Stenberg, Rowan Blanchard,  actrice de l’usine Disney, à bientôt 15 ans, discute habilement des questions de discriminations. Elle soutient le mouvement #BlackLivesMatter tout en dénonçant le #‎LesFillesBlanchesLeFontMieux‬, elle n’a de cesse de démonter le cliché de l’Angry Black Women n’hésitant pas à expliquer que le message qu’elle relaie serait perçu comme une agression dans la bouche d’une femme noire.‬‬

« Nous sommes si rapides à applaudir lorsqu’une femme blanche réagit aux sujets comme  #BlackLivesMatter ou des questions de racisme mais quand c’est une Noire qui commente, elle est taxée de femme fâchée ou accusée de surréagir. »

Rowan Blanchard

Dans un long texte publié sur les réseaux sociaux, elle dénonce d’ailleurs, dans une construction intellectuelle claire et posée, le WhiteFeminisn c’est-à-dire ce féminisme créé pour et par des bourgeoises blanches qui exclut de facto, les personnes issues de la diversité et les discriminations qu’elles subissent. Selon elle, même s’il traite des problèmes des femmes tels que l’avortement ou le viol et souvent des homosexuels, ce féminisme mainstream oublie allègrement les inégalités subies par certaines femmes notamment celles issues de la diversité.

Elles sont jeunes, réfléchies, manient le glamour et l’activisme avec brio. Et, en les lisant, en les suivant sur les réseaux sociaux, face à leur forte capacité à faire passer des messages forts, on se dit que le militantisme est entre de bonnes mains. Pourvu que cela dure, et elles aussi…

Maya
A propos Maya 60 Articles
Professeur de Lettres & Histoire, et Responsable de Publication chez Ôbelle Magazine, je suis femme d’abord, mère ensuite, ou l'inverse. Mon idéal : voyager et lire, flâner et écrire. Ma devise : Visiter les beautés du monde avant de s’occuper de l’être humain… Ma quête : l’acceptation de l’autre à travers la connaissance de soi: "Apprenez à vous connaître sans vous renier et vous vous élèverez." Me contacter : maya@obelle.fr

Laissez un commentaire !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*