Succès d’Ôdacieuses: Kathrine Switzer & Bobbi Gibb

Celles qui ont ouvert la voix aux MarathonienNES


Marathon de Paris, de New York, de Boston, Jeux Olympiques… Aujourd’hui toutes les courses d’endurance se font avec des femmes. Nul ne serait remettre en question leur présence lors de ces grands évènements. Courir les 42,195 km qui composent la course est un exploit qui, avec de l’entrainement, est à la portée de toutes les femmes. Pourtant, il y a 5O ans, les femmes en étaient exclues. La raison invoquée : la biologie; les femmes n’étaient physiquement pas capables de courir sur de longues distances ! Deux femmes, Kathrine Switzer et Roberta Gibb ont bousculé cette épreuve réservée aux hommes.

 action-1837158_640

L’évènement : le marathon de Boston

Cette course qui existe depuis 1897 est alors interdite aux femmes, mais un vide juridique – rien n’indique dans le règlement que les femmes ne peuvent pas courir – permet à une femme de valider son inscription sans lever les soupçons.

En cette année 1967, deux femmes participent à la grande course. L’une,  Kathrine Switzer, a réussi à s’enregistrer et finit la course en 4h20, l’autre Bobbi Gibb, n’est pas enregistrée mais court quand même, finissant la course en 3h21. Leur participation dans le plus vieux marathon du monde provoque tollé et admiration, mais surtout bouscule la tradition marathonienne de l’époque.

Kathrine Switzer, La femme qui a bousculé les normes 

1967. Kathrine Switzer, 20 ans, s’inscrit sous ses initiales K. V. Switzer au marathon de Boston. Elle, qui court depuis ses douze ans, s’élance donc, sous le brassard 261, parmi les hommes, entourée de son compagnon et de son entraineur, au départ du marathon qui traverse la ville de Boston. C’est seulement au bout de trois kilomètres que l’on remarque sa présence.

La photo qui a marqué  : « Tirez-vous de ma course et donnez-moi ces numéros ! »
A woman, listed only as K. Switzer of Syracuse, found herself about to be thrown out of the normally all-male Boston Marathon when a husky companion, Thomas Miller of Syracuse, threw a block that tossed a race official out of the running instead, April 19, 1967 in Hopkinton, Mass.(AP PHOTO)

le 19 avril 1967 à Boston, crédit : AP PHOTO

L’un des organisateurs officiels de la course, Jock Semple, essaie alors violemment de la sortir  de la course, mais le partenaire de Kathrine Switzer, Tom Miller, qui court avec elle, poussa Semple sur le côté, ce qui permit à Katrine de continuer. Les photos de cet incident font rapidement le tour du monde.

Suite à cette course inédite d’une femme, la direction du marathon et l’association d’athlétisme décident de changer ses règles : désormais, les femmes sont officiellement interdites de marathon de participer à toute compétition avec des coureurs masculins. Débute alors le combat des femmes coureuses pour obtenir l’autorisation de convaincre l’association d’athlétisme de Boston de permettre aux femmes de participer au marathon.

kathrine-switzer
Kathrine Switzer tenant le brassard 261, numéro qu’elle portait en 1967.

Kathrine Switzer participe durant sa carrière sportive à trente-cinq marathons et remporte la victoire féminine au marathon de New York en 1974, avec un temps de 3h07min29s. En 2011, elle est inscrite au National Women’s Hall of Fame en 2011 qui récompense toutes les femmes qui se sont distingué et ont oeuvré pour les droits des femmes. Elle a également  été nommée Coureuse de la décennie 1967-77 par le Runner’s World Magazine, et a reçu un Emmy Award pour son travail comme commentatrice à la télévision.

La femme avant Kathrine : Bobbi Gibb

Roberta « Bobbi Gibb » assiste pour la première fois au marathon de Boston en tant que spectatrice en 1964. Inspirée, elle décide de se mettre à la course à pied. En 1966, elle participe clandestinement au marathon. En effet, sa demande d’inscription ayant été rejetée puisqu’elle est une femme, elle décide tout de même de participer.

bobbi gibb 67

Le jour de la course, revêtue d’un maillot noir une pièce, d’un bermuda de son frère, de chaussures toutes neuves et d’un sweatshirt à capuche, elle se présente au  départ de la course. Apres avoir laissé passer la moitié des candidats, elle sort de sa cachette et se joint à la course.

Au bout de 2 kilomètres, elle est repérée par ses concurrents masculins, ceux-ci l’encerclent pour la protéger et l’encouragent à continuer. La foule suit le mouvement et applaudit son passage. Elle finit la course dans le premier tiers des coureurs. A l’arrivée, le gouverneur du Massachusetts lui serre la main et la félicite ! Elle reviendra courir en 1967 en même temps que Switzer. Toujours non-enregistrée, elle finira une heure avant elle.

L’épilogue 

running-942110_1280

Il faudra attendre 1972 pour que les femmes aient pour la première fois le droit de courir officiellement le marathon de Boston. En 1996, les médailles des courses non-officielles de 1966, 1967 et 1968 sont remises à Bobbi Gibb qui devient alors la première coureuse à remporter le marathon de Boston.

Ces pionnières ont lutté pour libérer les femmes et ont prouvé qu’elles pouvaient dépasser les limites. Inspirées et volontaires, elles ont brisé les chaînes. Et vous, qu’attendez-vous pour vous dépasser ?

Maya
A propos Maya 60 Articles
Professeur de Lettres & Histoire, et Responsable de Publication chez Ôbelle Magazine, je suis femme d’abord, mère ensuite, ou l'inverse. Mon idéal : voyager et lire, flâner et écrire. Ma devise : Visiter les beautés du monde avant de s’occuper de l’être humain… Ma quête : l’acceptation de l’autre à travers la connaissance de soi: "Apprenez à vous connaître sans vous renier et vous vous élèverez." Me contacter : maya@obelle.fr

Laissez un commentaire !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*