Un Cerveau pour Respirer, un Ventre pour Penser !

femme angoissée

Nos angoisses, les affronter ou nous y confronter, mais avons-nous vraiment, réellement le choix, car qui dirait « ah cet après, je me ferai bien une petite angoisse » ?

Le sentiment d’anxiété pourrait ressembler à un état de frayeur interne qui se caractérise par des palpitations, une absence de sommeil, des fourmillements dans le bout des doigts, une absence de conscience momentanée. C’est précisément lors de ces crises que la vie semble si difficile à vivre, à affronter. Ce sentiment de perte de contrôle, de ne plus se sentir acteur de sa propre vie et de n’être plus qu’un simple spectateur paraît épouvantable.

Il ne faut pas perdre de vue que des solutions existent, que la guérison fait partie de notre dictionnaire. Mes patients me répètent au début des séances que le rétablissement est impossible, que l’angoisse est devenue une seconde peau. Il apparaît important alors de se poser la question des bénéfices secondaires ; quel serait, quel pourrait être le bénéfice de rester anxieux ?

Pouvoir appeler ses proches et se faire chouchouter, donner tort à la vie et se plaindre de tous les maux. Au fil du temps, j’ai vu mes patients progresser, évoluer, reconstituer l’estime d’eux même ; guérir. Il faut partir en quête de trouver une certaine forme de paix intérieur, loin du repos du guerrier, mais proche d’une zen attitude.

Un cerveau pour respirer, un ventre pour penser !

Notre civilisation a longtemps voulu croire que nous pouvions tout penser, tout élaborer, tout intellectualiser sans nous préoccuper de notre corps, comme si ce dernier était une poubelle dont la seule vocation était de le nourrir de tout et n’importe quoi.

Depuis quelques années ce qui était toujours demandé, exigé aux femmes commencent à être demandé aux hommes et à juste titre, le corps a un capital, en conséquence, plus on le maltraite, plus il nous le fera payer.

Les techniques de respiration, le yoga, le tai chi ne sont plus perçus comme des phénomènes sectaires, il s’agit bien de fondamentaux pour se porter mieux. La respiration est la colonne vertébrale du bien-être. La synchronisation cardiaque permet de se surpasser dans bien des domaines. Une fois l’angoisse calmée par la respiration, il est alors temps d’intellectualiser ce qui vient de se passer.

Banaliser ses craintes

Aujourd’hui avouer ses peurs est un phénomène qui tente à se banaliser. Il est très important de pouvoir parler à son entourage de ses ressentis. Ne découvrons-nous pas nos amis dans des moments de difficultés ? Appeler un ami la nuit, lui faire part de son ressenti, de son inquiétude si celle-ci est trop aiguë, fait partie des protocoles sur lesquels s’accorder avec ses proches, ceux qui travaillent de nuit par exemple. L’idée même de se dire que son entourage pourrait représenter un danger comme le serait le témoin d’un accident rend le sujet encore plus vulnérable, plus anxieux, de crainte que son entourage découvre qu’il est pâle, qu’il a du mal à respirer. Confesser son inquiétude à ses proches est déjà une façon de désamorcer ses angoisses.

A présent, chères lectrices Ôbelles, vous avez tous les outils pour aller vers la lumière,vers les lumières, celle de votre coeur, celle de votre réussite et celle de votre bien-être. L’avancée de la science doit vous faire rester confiante sur le fait que vous ne serez jamais seules et que nous ne vous abandonnerons jamais. Il est essentiel d’y penser et de le garder à l’esprit.

Rodolphe Oppenheimer
Psychanalyste,
Membre Associé de l’Institut National de Psychanalyse

Rodolphe Oppenheimer
A propos Rodolphe Oppenheimer 3 Articles
Psychanalyste, Rodolphe Oppenheimer est petit-fils d'Edgar Faure. Ancien élu des Hauts-de-Seine, il est également Président-fondateur de l’association des Décorés des Arts et des Lettres. Président-fondateur de l’Association Edgar Faure. Parrain d’Honneur de l’Association le relais des rêves Membre depuis 1994 de l’Association Vive les femmes (défense des femmes battues). Le contacter : www.psy-92.fr
Contact : Site web

Laissez un commentaire !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*