un Ôdacieux : Muhammad Ali [1942 – 2016]

Voilà pourquoi Muhammad Ali restera bien plus que le "Plus Grand" des Boxeurs de tous les temps

MuhammadAli1

Le 17 janvier 2016, Muhammad Ali « The Greatest » fêtait ses 74 bougies. Une occasion de rendre hommage à son immense talent et à sa grande gueule. Il a survolé la seconde partie du XXème avec punch et classe. Elu personnalité sportive du XXème siècle, il nous a fait rire, rêver. Il a aussi choqué, fait bouger les lignes. Muhammad Ali n’était pas qu’un boxeur au verbe haut, il était une icône.

En avril dernier, Floyd Mayweather Jr disait : « Je pense que je suis meilleur que Muhammad Ali. ». Voici quelques raisons qui prouvent qu’il restera inégalable…

 

 

Il a révolutionné la boxe

« Flotter comme un papillon et piquer comme une abeille… Oh et vas-y cogne mon gars, cogne ! »

Ali arrive sur la planète sportive comme un ouragan. Jeune, Noir, arrogant. Amateur, il remporte les Jeux Olympiques de Rome en 1960 dans la catégorie reine des Poids Lourds. Son style est particulier, unique. Grand et rapide, il arbore rarement sa garde : il esquive les coups de ses adversaires et réplique grâce à son allonge phénoménale : 2m10 d’envergure.

MuhammadAli2Muhammad Ali vs Sonny Liston, victoire par K.-O au premier round en 1965

Un showman : Ali vs Frazier

En plus de mener des combats mythiques et de remporter des titres, Ali fait le show : il surnomme tous ses opposants : Foreman est la momie, Frazier, le gorille. Pour lui, boxer est un jeu et il s’amuse. Il enflamme toutes ses confrontations et offre un nouveau spectacle autour de la boxe. Les plus sulfureux de ces échanges spectaculaires seront ceux qui l’opposeront à Joe Frazier. Avec son habituelle arrogance, Ali provoque et harcèle Frazier durant l’avant-match, ils en viendront aux mains dans une émission télévisée, en insultant Frazier d’Oncle Tom et de Gorille, même s’il s’amuse, Ali a été trop loin; depuis leur opposition est légendaire. Dans le  combat du siècle  au Madison Square Garden, en 1971, deux Amériques se confrontent : pour ou contre la guerre du Vietnam. Ce premier des trois combats – le seul remporté par Frazier – est violent. Les deux hommes passeront un moment en convalescence à l’hôpital. Ali gagne la revanche en 1974 puis la belle à Manille en 1975.

                                        Muhammad Ali lors de son premier combat contre Joe Frazier

 

Un mental d’acier, Muhammad Ali vs George Foreman : Ali BOMA YE

« Je vais prouver au monde que je reste toujours le plus rapide, le plus beau, le plus distingué, le plus savant, le plus grand boxeur de tous les temps. »

Après 4 ans de suspension et l’abandon de sa ceinture en 1970, Muhammad Ali a entrepris de retrouver son titre. Pour cela, il doit battre trois hommes : Norton, Frazier et Foreman. Après s’être défait des deux premiers, il affronte George Foreman en Afrique à Kinshasa. Ali y est accueilli en superstar. Bien qu’outsider, le peuple congolais a pris fait et cause pour lui. C’est sous les encouragements « Ali Boma yé » (tue-le) qu’il s’entraine en ville. Ali représente à leurs yeux, la fierté noire contrairement à Foreman, archétype de l’américain coupé de ses racines africaines.

Le  Rumble (combat) in the Jungle  a lieu le 30 octobre 1974 et Muhammad, malgré nombre de spécialistes qui le donnent perdant, reconquiert son titre de champion du monde en battant par KO, Foreman au 8ème round.

AP_ali_foreman_rumble_1_sk_141030_22x15_1600

                                       Ali vs George Foreman à Kinshasa lors du Rumble in the jungle

« La boxe doit continuer sans moi. On parle de l’arrêter le Concorde car il n’est pas assez rentable. Si on l’arrête les jets continueront de voler mais il y aura plus de Concorde. J’étais le Concorde de la boxe, les autres boxeurs sont des jets. Je volais plus haut qu’eux, je bougeais plus vite qu’eux. Il faudrait vous habituer à reprendre des jets. Le Concorde n’est plus. »

Après avoir été champion olympique et champion du monde cinq fois (il sera destitué 2 fois), Muhammad Ali dépose définitivement les gants en 1981. Bien qu’il quitte les rings, Muhammad Ali est bien plus qu’un boxer. Au-delà de ses performances sportives, Muhammad Ali est une personnalité hors-norme, son goût du spectacle et ses prises de positions religieuses et politiques l’élèvent bien au-dessus de sa simple condition de sportif.

 

 

Celui qui a dit « NON » au Vietnam

« Pourquoi moi et d’autres qu’on appelle Nègres, devrions partir à 16 000 kilomètres loin de chez nous en Amérique pour lancer des bombes et tirer des balles sur d’autres personnes innocentes au teint mat qui n’ont rien demandé ? Alors, je le dis directement : Non, je n’irai pas tuer des innocents. »

MuhammadAli3
Muhammad Ali photographié par George Lois en 1968, posant en martyr après avoir été suspendu pour avoir refusé de rejoindre l’armée américaine alors en pleine guerre du Viêtnam, au nom de ses convictions

En 1966, Muhammad Ali, opposant connu du gouvernement, refuse de servir les Etats-Unis dans la guerre du Viêtnam, où ils ont engagé des soldats au sol un an plus tôt. Objecteur de conscience, il refuse d’accomplir cet acte que le gouvernement américain lui ordonne pour des raisons politiques et religieuses. Hors-la-loi, il est condamné à une lourde amende et à cinq d’emprisonnement. Il perd également son titre de champion du monde et sa licence de boxe. C’est le début d’une traversée du désert qui durera quatre ans. Il aura des problèmes financiers jusqu’à la résolution de son affaire par la Cour Suprême en 1971. Doté d’un mental implacable, celui des très grands champions, il reviendra au sommet pour reconquérir et défendre son trône.

vietnam

[Journaliste] Vous avez sacrifié la plus grande carrière sportive depuis la guerre pour vos idéaux. (Ndlr : la deuxième guerre mondiale 1939-1945)
[M. Ali] Je l’ai mise entre parenthèse… Le plus grand titre ne vaut rien si l’on ne peut pas être libre. Vous comprenez ? Pendant ce temps, des gamins sacrifient leurs vies pour libérer un peuple qu’ils ne connaissent pas. Je n’ai rien sacrifié, je suis toujours en vie. Donc qu’est-ce qu’un titre et des dollars puants face à la liberté de mon peuple ? 

 

 

Etendard de la Négritude américaine & Black Muslim

MuhammadAli4
 A gauche, Muhammad Ali avec Martin Luther King, à droite en compagnie de Malcolm X

1965. Cassius Clay devient Muhammad Ali en se convertissant à l’islam, celui controversé de la Nation of Islam, islam ségrégatif qui se revendique anti-blanc. Ses apparitions publiques aux côtés des leaders de la Nation of Islam Elijah Muhammad et de Malcolm X sont très commentées et scrutées. Sa posture de Black Muslim interroge et dérange. Alors lorsqu’il prend part à la lutte pour les droits civiques et contre la ségrégation raciale, il se heurte à l’opinion américaine tout en suscitant un espoir parmi ses semblables. S’opposant au gouvernement sans relâche, il est le porte-voix des opprimés.

« L’homme Noir a été conditionné depuis longtemps et il est temps qu’il se redécouvre. A la télé, les Blancs veulent du savon, des cigares… du savon blanc, du shampooing blanc, du dentifrice blanc,… le Blanc a appris des comptines où les agneaux sont blancs, on lui a conté Blanche-Neige… Et puis il y a la Maison Blanche. A la télévision, on voit deux voitures, une noire, une blanche. Chacune est remplie d’essence pour voir laquelle ira le plus loin, et à chaque fois, la voiture noire s’arrête et la blanche continue… C’est ça le lavage de cerveau des Noirs. »

Il se tournera dans les années 1980 vers un islam sunnite plus universel puis vers la spiritualité soufie. Moins présent dans les médias et atteint de la maladie de Parkinson, il entre dans les grâces du gouvernement; il sera reçu à la maison blanche et décoré. Mohammed Ali reçoit à Berlin, en 2005, la médaille de la Paix Otto-Hahn des Nations Unies pour son engagement en faveur du mouvement américain contre la ségrégation et pour l’émancipation culturelle des Noirs.

malcom_x_-muhammad-ali                                                                            Muhammad Ali au côté de Malcolm X

 

Un papa aimant

« Mon papa était le gentil parent. Il ne savait pas dire non. »

Muhammad Ali se marie quatre fois. Loin d’être un mari modèle, il est cependant un très bon père pour ses neuf enfants. Papa-gâteau, il joue le rôle du gentil à la maison et met un point d’honneur à toujours réunir sa famille.

« Quand vous serez grands, vous pourrez dire notre fratrie était dispersée mais Papa nous réunissait. »

L’une de ses filles, Laila Ali, reprend le flambeau de la boxe. Dotée du même tempérament que son père et de son talent, Miss Butterfly est plusieurs fois championne du monde des poids mi-lourds et des super-moyens, entre 2002 et 2007 en boxe féminines.

MuhammadAli5
Muhammad Ali et son petit-fils pour la campagne de publicité Core Values de Vuitton en 2012

 

Un combat contre la Maladie de Parkinson

 » Il (Dieu) m’a donné la maladie de Parkinson pour me montrer que je n’étais qu’un homme comme les autres, que j’avais des faiblesses, comme tout le monde. C’est tout ce que je suis: un homme. »

Muhammad Ali allume la flamme olympique aux Jeux Olympiques de 1996 à Atlanta

Muhammad Ali allume la flamme olympique aux Jeux Olympiques de 1996 à Atlanta

Muhammad Ali découvre à 42 ans en 1984 qu’il est en atteint de la maladie dégénérative de Parkinson causée par des coups répétés à la tête, notamment ceux reçus lors du plus grand combat de boxe de tous les temps : le thrilla in Manilla en 1974 contre Joe Frazier. Cette maladie se traduit par une lenteur de mouvement, des tremblements et une raideur des membres. La perte du contrôle du corps entraine aussi des difficultés à parler et à respirer. Après avoir épousé sa quatrième femme Lonnie, il se consacre à l’humanitaire, sa religion et son dernier combat, celui contre la maladie. On le verra d’ailleurs, allumer, tremblant la flamme olympique en 1996 à Atlanta. Dès lors, on le verra de moins en moins mais son prestige restera intact.

 

 

« Une personne magnifique »
– Jim Brown, joueur professionnel de football américain –

Bien plus qu’un boxeur, bien plus qu’un champion, Muhammad « The Greatest » Ali est une icône culturelle, une personnalité fascinante. Son amour et sa compassion ne se limitent pas aux Noirs. Il aime les gens, il aime les rendre heureux. Il voulait devenir célèbre pour aider les autres, il a fait bien plus. Doté d’une intelligence et d’une capacité d’analyse hors-norme, il a défendu ses convictions et ses idéaux avec force parfois au péril de sa carrière sportive. Charismatique et talentueux, sa force de caractère et son destin l’ont hissés au-dessus des hommes, parmi les plus grands du XXème siècle.

ali beatles

Muhammad Ali rencontre les Beatles

 

Edit [4/06/2016] : 

Muhammad Ali nous a quittés dans la nuit du vendredi au samedi 4 juin 2016. Hospitalisé le 2 juin 2016 pour des difficultés respiratoires à priori bénignes, il n’y a pas survécu. Avec lui, disparait la plus grande légende sportive du siècle. Son visage fut connu de tous, de l’Amérique à l’Afrique, de l’Europe à l’Asie, bien plus que n’importe quel autre artiste, il ne limitait pas à l’Occident. Sa personnalité était hors-norme. Par son talent et son verbe, il a fait brillé l’intelligence humaine et la force.

 

 

Repose en paix, l’Artiste…

Muhammad Ali

Pour aller plus loin :

Un article : 10 citations inspirantes de Muhammad Ali

Une autobiographie :

Un film :

Un documentaire :

Un combat : The thrilla on Manilla

Un compte twitter :

//

Maya
A propos Maya 60 Articles
Professeur de Lettres & Histoire, et Responsable de Publication chez Ôbelle Magazine, je suis femme d’abord, mère ensuite, ou l'inverse. Mon idéal : voyager et lire, flâner et écrire. Ma devise : Visiter les beautés du monde avant de s’occuper de l’être humain… Ma quête : l’acceptation de l’autre à travers la connaissance de soi: "Apprenez à vous connaître sans vous renier et vous vous élèverez." Me contacter : maya@obelle.fr

Laissez un commentaire !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*